5 bonnes raisons de manger local

C’est une réalité : de plus en plus de français se nourrissent de fruits et légumes produits près de chez eux, auprès de producteurs qu’ils apprennent à connaître et découvrir. Ce mode de consommation a de nombreuses vertus, alors pourquoi s’en priver ?

Voici 5 bonnes raisons de changer vos habitudes alimentaires et votre mode de consommation. Pour vous et pour notre planète, devenez « locavore » !

1/ Pour moins polluer :

l’impact de nos manières de consommer est un poids énorme que nous faisons peser sur la planète. En effet, les importations françaises de fruits et de légumes émettent près d’un milliard de tonnes équivalent CO2. C’est pourquoi consommer local est un geste envers la planète et un acte 100% écologique ! Car les produits locaux, c’est-à-dire produits et vendus à proximité immédiate de vos lieux de vie, voyagent sur de petites distances, voire ne voyagent pas du tout quand les ventes se font directement chez le producteur grâce à un point de vente sur l’exploitation ou à un drive fermier. Eh oui : si le transport est moins long, il y a moins d’émanation de gaz à effet de serre car moins d’utilisation de carburant, donc moins de pollution et moins d’impact négatif sur la planète !

De plus, en mangeant local, vous limitez significativement le gaspillage, tant du côté du producteur que de celui du consommateur. En effet, le producteur transporte ses produits sur une plus courte distance, ils sont donc moins abîmés et il y a moins de perte pendant le déplacement. Par ailleurs, les produits locaux ne font pas partie de productions de masse, les stocks sont plus faciles à écouler. Côté client, le consommateur est dans une logique différente également. Il sait que le produit vient d’une exploitation, il est donc plus enclin à choisir des légumes ou des fruits moins beaux mais provenant d’un lieu dont il connaît les modes de production et qui fait partie de son quotidien, ce qui permet l’établissement d’un lien plus fort. Il est humain d’aller, de préférence, vers ce que l’on connaît. Ainsi les fruits et légumes « moches » trouvent leur place dans nos assiettes et ne sont plus boudés. Le gaspillage est donc grandement réduit.

Enfin, écologiquement, les produits locaux ont besoin de moins d’emballage pour arriver consommables dans nos paniers. Les fruits et les légumes, ou tout autre produit local, ne sont pas suremballés car ils n’ont pas besoin de devoir résister au transport ou d’être « bien présentés » sur un étal. Ils sont, la plupart du temps, à l’état brut, tels qu’ils ont été récoltés. C’est donc également un moyen efficace de limiter ses déchets.

2/ Pour soutenir l’économie locale :

manger local, c’est manger ce qui se trouve autour de nous, dans nos régions et sur notre terroir. En achetant leurs produits localement, les consommateurs encouragent les fermes, les petites productions et les exploitants. Ils dynamisent ainsi l’économie locale en insufflant de l’envie et de la motivation aux producteurs qui ressentent la demande de la population. Cette action de sollicitation des productions locales contribue au mieux-être de la communauté et à la création d’emplois. En effet, le producteur doit vendre, il a donc besoin de recruter une force de vente. Toute cette dynamique locale est un réel moteur économique.

Par ailleurs, les producteurs sont payés plus directement et ainsi rémunérés à leur juste valeur. Ils peuvent donc diversifier ou étendre leurs productions. En plus de soutenir l’économie locale dans le présent, manger local, c’est conserver et préserver des connaissances et un savoir-faire propres à nos régions, et permettre cette transmission dans le futur. La conservation du savoir-faire traditionnel et la valorisation des produits et spécialités régionales se doivent d’être préservées dans notre culture pour les générations à venir.  Consommer local, c’est penser à l’économie de notre terroir aujourd’hui et demain.

3/ pour créer du lien social :

cet argument est l’un des plus important dans une démarche de consommation locale car elle touche à l’être humain en tant qu’individu propre qui se doit de vivre en communauté pour survivre en société. Or, malheureusement, les exploitants sont souvent isolés, en marge et leur connexion à la société est limité, à cause du temps et du rythme que leur impose leur activité professionnelle. Se tourner vers le local, c’est créer un lien de confiance entre le producteur et le consommateur et la possibilité de partager, d’échanger, de poser des questions, d’apprendre l’histoire des produits, d’aller vers des fruits et des légumes que nous ne connaissons pas forcément et de transmettre le savoir-faire de nos campagnes françaises.  

Par ailleurs, au-delà de l’aspect financier qui contribue au bien-être des exploitants, manger local permet de nourrir un sentiment de reconnaissance dont le manque fait beaucoup souffrir les agriculteurs. Après tout, c’est bien grâce à eux que nous pouvons préparer de bons petits plats, découvrir de nouvelles saveurs,

4/ pour vos papilles et votre santé :

les produits locaux sont plus frais que jamais. En effet, ils ne font pas des kilomètres pour finir dans vos assiettes. Comme ils voyagent moins longtempset n’ont donc pas besoin d’être refroidis, voire congelés, les aliments ne se départissent pas deleurs nutriments et de leurs vitamines. De plus, le goût qu’ils proposent est authentique et considérablement meilleur puisque les fruits et les légumes n’ont pas le temps de perdre leurs saveurs dans le déplacement. Manger local est une promesse de retour aux vraies saveurs et aux propriétés naturellement bonnes pour le corps des fruits et des légumes.

Ainsi, la tomate locale, par exemple, aura le temps de se gorger de soleil jusqu’à maturité et d’arriver à point dans votre assiette pour vous livrer tous ses arômes, alors que celle, ramassée verte et laissée à mûrir dans un camion de transport puis sur un étal à la lumière artificielle, sera, par la force des choses, plus insipide.

5/ pour faire des économies :

enfin, dernier argument en faveur d’une alimentation qui privilégie le local, et non des moindres : cela permet de réduire nos coûts de consommation ! Et oui, nous avons tous en tête l’idée que manger bien, local, de saison coûte cher et que ce n’est réservé qu’à une certaine élite…et pourtant ! Les grandes enseignes tentent, à grand renfort de publicité, de nous convaincre qu’elles proposent les fruits et les légumes aux prix les plus bas du marché et pourtant, si vous cherchez les produits au meilleur rapport qualité-prix, vous les trouverez chez vos petits producteurs et vos primeurs de proximité. En effet, en achetant local, on achète des produits de saison qui viennent tout juste d’être récoltés àseulement quelques kilomètres de chez nous, et qui sont vendus comme tels : sans coût de transport, d’emballage ou de charges intermédiaires. Leur prix n’étant pas impacté par la livraison et le packaging, ils sont donc forcément moins chers !  

expérimenter notre sens du goût et nous réunir, en famille ou entre amis autour de la table.

Le lien social créé dans cet échange permet aux producteurs d’échapper à un isolement certain et responsabilise les consommateurs, tout en leur faisant prendre conscience de la richesse et de la diversité de nos terroirs. Ainsi, cette rencontre permet également d’approfondir la connaissance mais surtout de découvrir de nouveaux produits. N’hésitez plus, soyez curieux, allez à la rencontre de nos producteurs.

MAIS ALORS, COMMENT S’Y METTRE ?

Découvrez nos 6 petites astuces pour vous lancer et privilégier le local !

  • Connaître ce qui est de saison : pour savoir quand acheter les produits, ceux qui seront les plus frais : afficher votre calendrier des fruits et des légumes de saison chaque mois sur votre réfrigérateur ou prenez-le en photo avec votre téléphone pour l’avoir toujours sous la main quand vous faîtes vos courses.
  • Visiter et flâner dans les marchés : c’est un endroit merveilleux où déambuler pour cultiver votre curiosité, développer vos envies et apprendre à connaître et à reconnaîtreles produits locaux. Vous pourrez découvrir des légumes oubliés ou encore des fruits inédits que vous ne voyez jamais en épicerie ou en grande surface. De plus, vous pourrez échanger en direct avec les producteurs et poser toutes vos questions. Connaître l’histoire de vos fruits et de vos légumes est déjà une grande étape dans le changement de vos comportements de consommateur. S’il n’y a pas de petit marché proche de chez vous, renseignez-vous sur les AMAP ou les drives fermiers, des initiatives fleurissent un peu partout dans nos régions et elles tendent toutes à rapprocher les consommateurs des sources de production pour privilégier une manière de consommer plus attentive à notre santé et à notre planète.
  • Regarder la provenance des produits : comme nous l’avons dit, l’histoire du produit en dit long sur lui. Prenez le réflexe de regarder d’où vient chaque fruit et chaque légume que vous croisez, vous deviendrez incollable sur les spécialités de chaque région.
  • Aller à la rencontre des producteurs sur leur territoire : n’hésitez pas à vous déplacer dans les fermes et les exploitations de vos terroirs. Elles seront ravies de vous accueillir et de vous expliquer un peu leurs fonctionnements.
  • Créer votre jardin : c’est facile et simple, et c’est chez vous : rien de plus local que quelque chose qui pousse dans votre jardin, votre cour ou sur votre balcon ! de la ciboulette aux fleurs comestibles, vous allierez l’utile à l’agréable et serez sûr de la provenance de ce que vous consommez.
  • Aller au-delà des fruits et des légumes : et pourquoi ne pas tenter de trouver du local un peu partout ? Pain, fromage ou encore bière, les possibilités sont illimitées, soyez fier de votre terroir et exprimez-le haut et fort en œuvrant pour la préservation de ses spécialités (c’est aussi bon pour la santé et la planète alors pourquoi se priver ?).
2020-04-30T12:30:45+02:00